Publié le 18 novembre 2015 à 00h00 (il y a 3 années environ) dans « Assises »
4<sup>ème</sup> et dernière édition des Assises sur la scolarisation des étudiants hors de Mayotte
4ème et dernière édition des Assises sur la scolarisation des étudiants hors de Mayotte.
© Source : Conseil départemental de Mayotte - DirCom

Les assises de Limoges sur la scolarisation des étudiants hors de Mayotte se sont bien déroulées le 24 octobre 2015 à la Faculté de droit. Elles ont recueilli un franc succès avec la participation de plus de 500 étudiants et de tous les partenaires socio-éducatifs de Mayotte (Vice-Rectorat, CURF, CESER, CCEE, Boutique de Gestion, LADOM, Association des Parents d’élèves…) et de Limoges (Présidence des Universités de Limoges, Rectorat , SAIO, CESER de Limoges, CCI, Compagnons du Devoir, Associations des mahorais de Limoges et celle des étudiants…).

Le fait que tous ces partenaires se soient déplacés avec leurs propres moyens, montre en lui seul tout l’intérêt que ceux-ci portaient aux préoccupations communes, à savoir la réussite scolaire et l’insertion sociale des jeunes mahorais.

Un bilan détaillé de l’événement sera fait très prochainement mais la Vice –Présidente souligne d’ors et déjà, la qualité exceptionnelle et remarquable des interventions et échanges, lors des débats à ces assises. Elle tient à remercier tous les participants en particulier les partenaires de Limoges avec lesquels des engagements de poursuite de travail devant aboutir à des conventions de partenariat pour accompagner la réussite des étudiants mahorais ont été fermement pris.

La Vice-Présidente informe également qu’après les assises pour les jeunes qui étudient hors de Mayotte, elle s’est préoccupée aussi du sort des jeunes qui poursuivent leur formation professionnelle à Mayotte.

En effet au lendemain des assises, une délégation d’élus de la commission Education, Formation et Insertion du Conseil Départementale a été reçue dans les locaux du Ministère d’outre-Mer, le lundi 26 octobre 2016 de 10h-12h par M. Thierry Mahler, Chef de bureau, Chargé de l’Economie, l’Emploi et la Formation Professionnelle. Cette délégation a été conduite par Mme Mariame SAID, 5ème Vice-Présidente en charge de l’Education, de la Formation et de l’Insertion au Conseil Départemental de Mayotte et était composée de :

  • Mme Armamie ABDOULOISSIOUN, Conseillère Départementale, Membre de la Commission Education, Formation et Insertion
  • Mme Soihirat ELHADAD, Conseillère Départementale, Membre de la Commission Education, Formation et Insertion
  • Mme Antuat ABDOURROIHMANE, DGA FER au Conseil Départemental
  • M. Youssouf MOUSSA, Directeur du CarifOref au Conseil Départemental

Etaient également présents avec M. MAHLER :

  • M. Dominique LEDEME, Chargé de Mission évolution du droit de travail, DGEFP
  • M. JP RIPAMONTI, Services des affaires juridiques, DGOM
  • M. Guillaume FOURNIE, Adjoint Chef de Mission droit de financement, DGEFP,
  • Mme MULOT-RADOJICIC Karin, Chargée de Mission Emploi-formation,

L’ordre du jour de cette réunion portait sur les 3 points suivants :

  1. La revalorisation des rémunérations des stagiaires de la formation professionnelle à Mayotte et leur transport dans leur lieu de formation
  2. La dotation de la formation professionnelle,
  3. L’application à Mayotte de la loi du 5 mars 2014 sur la réforme de la formation professionnelle.

En ce qui concerne le 1er dossier, la délégation de Mayotte a eu la confirmation que la DGEFP travaille pour que dès le 1er janvier 2016 la revalorisation de la rémunération des stagiaires de la formation professionnelle à Mayotte soit effective. Elle sera à hauteur de moins de 11% du niveau de la Métropole, comme pour le SMIG. S’agissant de la question du transport, la DGEFP a fait savoir que le dossier est plus complexe car il faudrait changer le texte pour tout le territoire national, mais les réflexions se poursuivent, à la demande de la délégation de Mayotte.

S’agissant de la dotation formation professionnelle, et pour une meilleure visibilité, la délégation a demandé à ce qu’elle ne soit plus globalisée mais ventilée sur les différentes lignes du budget de la formation professionnelle comme dans toutes les régions de France et qu’elle puisse prendre en compte tous les divers besoins des publics de Mayotte ( savoirs de base, pré-qualification et qualification). Un engagement a été pris par la DGOM et la DGEFP pour que les services concernés soient saisis du dossier.

En ce qui concerne, l’application de la loi du 5 mars 2014, relative à la formation professionnelle et à la démocratie sociale, qui aurait dû être applicable à Mayotte, dans les 12 mois suivant sa parution, la DGEFP semble s’orienter vers une transposition par étapes et spécificités, ce qui n’a pas beaucoup rassuré la délégation de Mayotte et la Vice-Présidente. Celle-ci compte sensibiliser rapidement le Président du Conseil départemental afin qu’il saisisse les parlementaires de Mayotte sur les risques encourus par une telle orientation.

Toute l'actualité